Pour faire son CV, il faut présenter ses meilleurs aspects. Certains cependant préfèrent arranger la réalité en l’enjolivant mais d’autres mentent tout simplement en achetant un diplôme sur internet. Cette pratique est en effet courante puisque la vente de ces faux diplômes n’est pas interdite et il est donc très facile d’en trouver. Cependant l’utilisation de ceux-ci est considérée comme frauduleuse et est donc illégale. 

Des entreprises se sont donc spécialisées dans la vérification de diplômes pour les employeurs. Selon Verifdiploma, l’une d’entre elles, 75% des CV contiendraient des mensonges et dans 26% des cas, ce serait sur les diplômes. Dans ceux-là, la moitié seraient imprécis, un quart afficheraient des filières véritablement étudiées mais sans obtention de diplôme dû à un échec aux examens, enfin dans le dernier quart, on trouverait des diplômes inventés par les postulants accompagnés de faux diplômes achetés sur internet ou fait maison.

 

Des risques multiples en fonction des situations

Si le faux diplômé est démasqué avant l’embauche, le candidat menteur risque de ne plus pouvoir trouver de travail dans ce domaine. Après l’embauche, le faux diplômé  ne peut être pénalisé que s’il est jugé incompétent. Il peut risquer alors un licenciement pour faute grave voir une rupture du contrat de travail. Enfin, pour certains domaines, le diplôme est nécessaire à l’exercice de cette profession (Justice, Médecine, Architecture…) et exercer sans diplôme est considéré comme une infraction pénale. Dans ces cas, le faux diplômé risque de la prison ferme et jusqu’à 45 000€ d’amende.

Mais il y aussi des conséquences pour l’entreprise. En effet celle-ci peut ne pas être remboursée par son assurance en cas de faute grave d’un employé avec un faux diplôme.

 

Comment lutter contre ces fraudeurs ?

Les conséquences ne dissuadant pas les postulants et pour faire face à l’augmentation de l’utilisation de faux diplômes par les postulants, les employeurs peuvent recourir à des entreprises spécialisées mais payantes. De plus l’Etat est censé mettre au point une banque de données pour les diplômes. Dans un premier temps, seul les diplômes de BAC, Brevet, BEP, CAP etc. seront disponibles mais au 1er septembre 2018 les diplômes d’études supérieurs devraient aussi être disponibles. Seuls les diplômes européens seront vérifiables sur ce site.  Les candidats peuvent eux aussi prouver la validité de leurs diplômes grâce à des entreprises permettant de valider leurs diplômes et d’insérer un QR code sur leur CV afin que les employeurs puissent eux même vérifier. Cette dernière méthode, adoptée par l’entreprise anglaise Gradebase permet aux entreprises sans beaucoup de fonds de vérifier tout de même les CV de leurs candidats. De plus, elle est plus rapide pour les employeurs qui ont les résultats instantanément et n’ont plus à attendre un mois avant de savoir qui ils ne doivent pas engager.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>